Féminisme et cause animale

Entre septembre et octobre 2022, s’est tenue à la BMD une exposition baptisée “Féminisme et animalisme”. La volonté était double : mettre en valeur nos collections en lien avec l’histoire de la SPA (créée en 1845 !) et des ligues antivivisection, et présenter la rhétorique déployée par certaines féministes de la première vague qui liaient droits des femmes et cause animale dans un même continuum de domination patriarcale.

Le mouvement antivivisection : un “animalisme” radical

Considéré à tort comme un phénomène très récent, le mouvement « animaliste » voit le jour en Angleterre au XIXe siècle grâce aux groupes opposés à la vivisection, composés en grande partie de suffragistes, ainsi que de leaders religieux (quakers), et de militants de la classe ouvrière.

De nombreuses militantes suffragistes sont sensibles au sort des animaux. « À cette époque, ni les femmes, ni les animaux ne disposaient de droits, et de nombreuses féministes ne pouvaient manquer de constater les parallèles entre le traitement imposé aux femmes, qu’on attachait alors avec des sangles lors de l’accouchement et qu’on forçait à subir une hystérectomie, et celui infligé aux animaux. » écrit Margo DeMello dans son livre Animals and Society.

En 1875, Frances Power Cobbe fonde la National Anti-Vivisection Society, première organisation au monde s’emparant de cette question, dont les efforts aboutirent en 1876 à l’adoption par l’Angleterre de la première loi en matière de protection animale au monde, la Cruelty to Animals Act (Loi sur la cruauté envers les animaux), qui contrôlait l’utilisation d’animaux en vivisection.

Le mouvement s’exporte d’abord aux États-Unis, puis à travers l’Europe. En France, dans les mouvements féministes et de gauche, le combat contre la vivisection rencontre également l’adhésion. La plupart des grandes figures féministes comme Maria Deraisme, Séverine, Maire Huot, Louise Michel ou encore Anna de Noailles mettent leur plume et leur éloquence au service des animaux afin de faire connaître au grand public la cruauté des expériences pratiquées sur eux et la réalité de leurs souffrances. Sont créées, en 1883, la Société Française contre la Vivisection (SFV) et la Ligue Populaire contre l’abus des Vivisections (LPV).

Quand reparaît La Fronde, à partir de 1926, une rubrique “Nos frères inférieurs” est créée. Elle permet d’aborder des sujets aussi variés que “Les animaux dans les Beaux-Arts” (8 juillet 1926), “Aux abattoirs. Les appareils qui tuent sans faire souffrir” (21 juillet), “Pour la protection des animaux : une loi spéciale” (26 novembre), etc. En intégrant cette rubrique au journal, qui prend désormais pour slogan “Tous ceux qui s’intéressent aux questions sociales doivent lire La Fronde”, Marguerite Durand ne cache pas la portée politique du combat animaliste.

L’amour des animaux : une solidarité entre opprimé·es

En 1903, la journaliste, grande amie et complice féministe de Marguerite Durand, Séverine raconte la vie de son chien Sac-à-tout dans un album illustré qui s’ouvre sur ces mots :

C’est ton vrai portrait qui figure en tête de ce petit volume ; c’est ta vraie âme (saint Thomas d’Aquin vous en attribue une), ta vraie âme, malicieuse et sensible, enjouée et tendre, qui se reflète en ces pages, exactement. Parce que je ne suis “qu’une” femme, parce que tu n’es “qu’un chien”, parce qu’à des degrés différents, sur l’échelle sociale des êtres, nous représentons des espèces inférieures au sexe masculin – si pétri de perfections ! – le sentiment de notre mutuelle minorité a créé entre nous plus de solidarité encore, une compréhension davantage parfaite.”

Sac-à-tout. Mémoire d’un petit chien, Séverine, extrait de la Dédicace (1903)

Ce drôle d’opus, à destination d’un public enfantin (comme en témoigne sa double conservation à l’Heure Joyeuse et à la BMD), est écrit à la première personne. Selon les règles du roman picaresque, Sac-à-tout nous raconte sa vie : d’aventures malheureuses en aventures truculentes (avec passage obligé par la table d’un vivisecteur, le terrible professeur Décimus), il obtient finalement la fin heureuse qu’appelle sa douce composition. Recueilli par Séverine, Sac-à-Tout rencontre sa future épouse La Jotte et accède rapidement au statut de père de famille. Le livre s’achève sur un heureux constat :

Que souhaiter de plus ? Que rêver de mieux ? Aussi, philosophe, je commence à vieillir en famille, récompensé au-delà de toute mesure”

C’est bien par amour et respect des animaux que de nombreuses féministes de la Belle Époque s’engagent à la SPA. Les mêmes motivations accompagnent la création du cimetière pour chiens et autres animaux domestiques d’Asnières-sur-Seine.

Ce que l’on pourrait qualifier d’antispécisme est à l’œuvre, à moins qu’il s’agisse pour ces femmes d’une sorte de raisonnement par l’absurde. En s’associant aux animaux, les féministes disent haut et fort qu’elles possèdent les mêmes droits (c’est-à-dire presque aucun) que leurs congénères de poils et plumes.



Citer ce billet
Juliette Eyméoud (2023, 26 octobre). Féminisme et cause animale. L'effet Marguerite. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2uu

Juliette Eyméoud

Docteure en histoire moderne (EHESS, 2020) et conservatrice des bibliothèques (depuis 2023)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Céline Guilleux dit :

    Chère carnetière,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une du portail fr.hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search