La revue L’Égyptienne numérisée !

Fondée par Hoda Charaoui (ou Huda Sharawi) et publiée de 1925 à 1940, L’Égyptienne est la première revue féministe d’Égypte. Ce périodique constitue l’organe de presse de « l’Union Féministe Égyptienne », organisation féministe, nationaliste et laïque, créée en 1923. Sa rédactrice-en-chef est Ceza Nabaroui (1897-1985).

La bibliothèque Marguerite Durand est actuellement la seule institution à posséder la collection complète de la revue. Numérisée, elle vient d’être mise intégralement en ligne sur le catalogue des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris.

Ce mensuel, qui paraît pendant quinze ans, jusqu’en 1940, trouve un lectorat fidèle dès son lancement grâce à un contenu éditorial fondé sur trois piliers indiqués dans le sous-titre : « Féminisme, sociologie, art ». L’objectif est de rallier le mouvement des femmes d’Égypte au mouvement féministe international et montrer le visage des femmes égyptiennes, loin des clichés orientalistes de l’époque. Sa parution en langue française a pour ambition de s’adresser à une élite éclairée et diffuser des idées au-delà des frontières.

L’Égyptienne revue féministe et nationaliste

L’Égyptienne s’inscrit dans un combat féministe initié dès 1919 : marches de femmes, création du comité central des femmes du WAFD (mouvement nationaliste), organisation d’une grève devant le Parlement.  Une liste de « revendications politiques, sociales et féminines » est reproduite dans le premier numéro de L’Égyptienne, paru le 1er février 1925. C’est ainsi que la revue publie régulièrement les discours prononcés par Hoda Charaoui ou Ceza Nabaraoui, lors de congrès féministes, en Égypte ou à l’étranger.

L’Égyptienne est aussi composée d’articles de critique d’art : la vie culturelle locale et étrangère fait l’objet de comptes rendus détaillés et destinées à promouvoir les femmes artistes. On y découvre des textes d’écrivains locaux, de toute confession religieuse, mais aussi de voyageurs et de voyageuses en Égypte.

Hoda Charaoui (1879-1947), est une figure emblématique du féminisme égyptien. Elle fonde « l’Union féministe égyptienne », en 1923, pour défendre les droits des femmes en Égypte et en particulier l’accès à l’éducation, à l’université et à la fonction publique. Elle participe aussi à des congrès internationaux sur les droits des femmes et l’Union devient membre de « l’Alliance internationale pour le suffrage des femmes ».

Hoda Charaoui défraye la chronique lorsqu’elle se dévoile publiquement en 1923 et devient la première femme égyptienne à prendre la parole le visage découvert, ce qui lui vaut une renommée internationale. Elle obtient du roi Fouad Ier que l’âge minimum légal du mariage des filles soit fixé à seize ans, ainsi que le droit d’accès à l’enseignement secondaire et supérieur pour les filles.

Pour poursuivre la découverte d’Hoda Charaoui, nous vous recommandons la lecture de ses Mémoires, récemment traduits de l’arabe par Maurice Saliba. L’ouvrage vient d’être acquis par la BMD et est disponible, en lecture sur place !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sylvie Laenen (4 novembre 2023). La revue L’Égyptienne numérisée ! L'effet Marguerite. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2uv


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search