“Criminelles”, les eaux-fortes de Mariette Lydis

La BMD a la chance de posséder un ouvrage exceptionnel d’une illustratrice peu connue, Mariette Lydis (1887-1970).

Autrichienne d’origine, Mariette Lydis vit à Paris dans les années 1920-1930 (comme en témoigne une série de clichés de Man Ray et des portraits de la photographe Laure Albin Guillot), puis en Argentine où elle s’expatrie au début de la Seconde Guerre mondiale. Elle est connue avant tout pour ses estampes et ses illustrations, ainsi que pour sa peinture, représentative de la période Art Déco.

Mariette Lydis, par Laure Albin Guillot (années 1920)

Criminelles est un album composé de 24 eaux-fortes. Il paraît en 1927 et a été tiré à 75 exemplaires à compte d’artiste (la BMD possède l’exemplaire 29/75). Préfacé par le romancier Pierre Mac Orlan, il donne à voir le portrait de 24 meurtrières. Un petit texte figurant sous chaque gravure identifie la criminelle et son crime, avec parfois un mobile. Cette prison de papier regorge ainsi d’empoisonneuses, de mères infanticides, de violeuses et tueuses d’enfants, de meurtrières (par appât du gain ou par plaisir) et d’une pyromane. Les femmes croquées sont de tous âges et classes sociales. La benjamine n’a que 12 ans et la doyenne 59 ans. Se côtoient mercière, prostituée, baronne, chanteuse de music hall, trapéziste, mère au foyer, sage-femme, professeure d’école normale ou encore surveillante d’orphelinat. Les légendes insistent parfois sur la sexualité de ces femmes : on trouve des mentions de lesbianisme ou de bisexualité, certaines ont une “sexualité violente” ou s’adonnent à des pratiques sadiques (la 24e et dernière eau-forte est consacrée à “la comtesse Diane, appelée Dominatrix“).

S’agit-il d’une œuvre de fiction ? On voit bien l’intérêt d’utiliser l’art pour dénoncer, en la mettant en scène, la violence de crimes sordides d’autant moins acceptables qu’ils sont le fait de femmes. Comme on ne sait quasiment rien de la genèse de cet album, l’hypothèse fictionnelle a longtemps été privilégiée… jusqu’aux recherches de Camille Barjou1

Nous apprenons ainsi que les meurtrières présentées dans l’album sont peut-être des détenues de la prison Saint-Lazare que l’artiste serait allée visiter ; comme elle est allée dix années plus tard à l’hôpital Sainte-Anne pour dessiner des femmes « folles » en vue d’une nouvelle série de gravures. Mariette Lydis crée en tous cas un semblant de réalisme en agrémentant chaque gravure d’un petit texte dans le style des coupures de presse.

Il ne s’agit toutefois que d’hypothèses, et l’ambiguïté ne sera jamais totalement levée.

Reste aujourd’hui un album qui traite de thèmes qui dérangent (le meurtre, le viol, l’infanticide, tous commis par des femmes) et qui est d’autant plus fascinant qu’il s’agit d’un livre objet dont la forme (un livre prison, des mains démesurées et peu féminines) va, de façon radicale, avec le fond.

Venez le consulter sur place !

La BMD conserve d’autres documents relatifs à Mariette Lydis : des lettres autographes ou dactylographiées, des recueils d’estampes et d’illustrations, un dossier documentaire, etc. N’hésitez pas à vous promener sur le catalogue en tapant le nom de l’artiste dans la barre de recherche.

  1. Voir aussi Camille Barjou “Des femmes illustratrices dans l’entre-deux guerres : Marie Laurencin, Mariette Lydis et Hermine David”, Olivier Deloignon, Guillaume Dégé, De traits et d’esprit, HEAR, 2011, ⟨hal-01403324⟩ []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Juliette Eyméoud (15 novembre 2023). “Criminelles”, les eaux-fortes de Mariette Lydis. L'effet Marguerite. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2uw


Juliette Eyméoud

Docteure en histoire moderne (EHESS, 2020) et conservatrice des bibliothèques (depuis 2023)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search