L’éventail promotionnel “Je désire voter”

La BMD possède deux exemplaires de cet éventail, produit par la maison Chambrelent en mai 1914. Très fragiles, ces objets ne sont présentés que lors de visites organisées (notamment lors des Journées du patrimoine et du matrimoine). C’est d’ailleurs pour assurer leur conservation/préservation, qu’ils ont été numérisés. Vous pouvez donc les retrouver sur le portail des bibliothèques spécialisées.

Cet éventail se pare de plusieurs informations que nous proposons d’analyser dans ce billet : 1) Qu’est-ce que ce “vote blanc” organisé par Le Journal, du 26 avril au 3 mai 1914 ? ; 2) Que représentent ces 505 972 voix et comment se sont-elles exprimées ? ; 3) Pourquoi un éventail ?

Une campagne lancée en mars 1914 par le quotidien Le Journal

Le contexte : des élections à venir

Sous la Troisième République, des élections législatives ont lieu tous les quatre ans. 1914 est ainsi une année électorale. Au scrutin précédent, en 1910, une poignée de femmes avait déjà tenté de participer activement à la vie politique, en présentant elles-mêmes leur candidature. Sur 20 inscrites au registre de l’Hôtel de ville de Paris, 4 ont réellement fait campagne : Hubertine Auclert, Marguerite Durand, la doctoresse Madeleine Pelletier et Caroline Kauffmann1. Même si la non-éligibilité des femmes a permis au préfet de la Seine de rendre caduques ces velléités politiques, l’opinion publique est de plus en plus favorable aux suffragistes (du moins pour les élections locales, municipales principalement).

Le 9 mars 1914, Gustave Téry, directeur du Journal, frappe fort lui aussi : en première page, il annonce que son quotidien va mener “une expérience décisive” qui, cette fois, est résolument collective :

Voulez-vous voter ? Si tel est votre désir, nous sommes prêts à faire, avec votre concours, une grande expérience qui sera comme la répétition générale du suffrage véritablement universel : aux prochaines élections, vous trouverez, le jour du scrutin, des urnes où vous pourrez déposer un bulletin au nom de votre candidat. Ces bulletins seront recueillis et comptés par les soins du Journal. Et cette expérience nous apprendra deux choses également importantes : 1° Combien y a-t-il en France de femmes qui s’intéressent à la politique ? 2° Si elles votaient, qu’y aurait-il de changé ?”

Le Journal : un quotidien populaire, largement distribué en France

Pour comprendre l’ampleur de cette expérience, il faut savoir que Le Journal est l’un des quotidiens les plus distribués en France au début du XXe siècle. Dans l’avant-guerre, il rivalise avec Le Petit Parisien, Le Petit Journal et Le Matin en nombre de tirages (près d’un million d’exemplaires chaque jour et une diffusion nationale, y compris dans les colonies).

Ses huit pages coûtent 5 centimes, ce qui permet de toucher un lectorat petit bourgeois (commerçant·es, instituteur·ices, employé·es) voire ouvrier. Nul doute que des femmes figurent parmi ce lectorat. Depuis les années 1820-1830, la presse féminine puis féministe a habitué les lectrices à ce médium2 . Les quotidiens, qui touchent des millions de foyers, passent forcément entre les mains de filles et d’épouses, et parfois les abonnés sont des abonnéEs.

L’ampleur du plébiscite : 505 972 oui contre 114 non

Plusieurs moyens de voter : envois postaux et bureaux parisiens

En moins de trois mois, plus d’un demi-million de bulletins sont envoyés par la poste ou déposés dans des lieux désignés, à Paris. Seuls 114 répondent par la négative. Le plébiscite pour le droit de vote des femmes est donc unanime et colossal ; bien qu’il s’agisse d’un “vote blanc” puisque ces bulletins n’ont qu’une valeur symbolique.

Gustave Téry met en place un système pour permettre aux femmes de voter, partout en France. Il suffit pour cela de déposer son bulletin “chez tous les marchands où Le Journal est en vente” (25 avril 1914). Il est aussi possible d’envoyer son vote par correspondance – ce qui peut tout aussi bien convenir aux femmes souhaitant rester discrètes. C’est ainsi que le quotidien se vante d’avoir reçu 1378 suffrages de Nice, 200 de Chambéry, 31 de Pau, ou encore 207 d’Évreux (5 mai 1914).

Du 26 avril au 5 mai – dates officielles des élections législatives – plusieurs bureaux de vote sont ouverts à Paris et dans sa banlieue (Arcueil, Courbevoie, Vitry, Bois-Colombes et Levallois). Ils sont tenus par Le Journal lui-même (pour deux d’entre eux), mais surtout par des associations suffragistes : Ligue du droit des femmes, Union française pour le suffrage des femmes, Ligue nationale pour le vote des femmes, Suffrage des femmes. Une section est d’ailleurs ouverte par Mme Kauffmann, celle-là même qui s’était présentée aux législatives de 1910.

Sur la Une du Journal du 5 mai 1914, on peut lire “Notre scrutin féministe a été déclaré clos hier : 505,972 OUI contre 114 NON”. Le journaliste se félicite de ce référendum, de la participation active des associations féministes et de la bonne tenue générale de l’événement. L’article se termine par l’insertion d’une lettre, envoyée par Cécile Brunschvicg, secrétaire générale de l’Union française pour le suffrage des femmes, à Gustave Téry.

Les suffragistes légalistes de l’UFSF

Au moment où se termine la belle manifestation féministe organisée par Le Journal, notre Société me charge de vous exprimer ses plus sincères remerciements pour l’appui si important que vous nous avez apporté.
Grâce à vous, monsieur, et à vos collaborateurs, notre cause a fait un grand pas en avant : ceux et celles qui ne savaient, hier encore, comment manifester publiquement leurs opinions, ont pu le faire et prouver à tous que l’heure est venue de donner aux femmes le droit de vote.

Lettre de C. Brunschvicg – Le Journal, 5 mai 1914

Le choix fait par Le Journal de publier cette lettre n’est pas anodin. L’Union française pour le suffrage des femmes (UFSF), créée en 1909, appartient à une mouvance modérée du féminisme. Sa première présidente, Marguerite de Witt-Schlumberg, fait partie de la grande bourgeoisie protestante et s’illustre d’abord dans les œuvres philanthropiques (visite de prisons, d’orphelinats, lutte contre l’alcoolisme, contre la prostitution). Avec Cécile Brunschvicg, mais aussi Jane Misme, elle représente le courant légaliste du féminisme de la première vague.

Les féministes légalistes souhaitent combattre les inégalités par le droit, en pratiquant la “politique des petits pas”3. On est loin de la pensée révolutionnaire ou même des méthodes d’auto-défense promues par Emeline Pankhurst et ses Amazones4. La lettre que Cécile Brunschvicg adresse à Gustave Téry, si elle est très flatteuse pour lui, énonce aussi une idée chère aux féministes légalistes, la nécessité d’entraîner les hommes dans le mouvement.

Une aura de respectabilité et de modération accompagne les suffragistes de l’UFSF, ce qui n’est pas pour déplaire au directeur du Journal. Dans les années 1910, la ligne éditoriale du quotidien s’éloigne de la pensée républicaine pour se rapprocher de valeurs plus conservatrices. Mettre en avant des féministes légalistes, c’est donc une façon pour Le Journal de suivre l’air du temps sans compromettre son image.

Le choix de l’éventail : emblème féminin et objet opportun

La Belle Époque de l’éventail publicitaire

Des années 1890 à l’entre-deux-guerres, des imprimeurs et manufacturiers transforment l’éventail, totem de la classe aristocratique, en objet publicitaire accessible aux portes-monnaie plus modestes. Le Musée des arts décoratifs de Paris en possèdent quelques exemplaires, de même que la bibliothèque Forney. Ils sont toutefois peu nombreux à nous être parvenus du fait du matériau utilisé – le papier – et de leur nature forcément éphémère – les établissements renouvellent sans cesse la publicité pour témoigner de leur modernité.

Les deux éventails “Je désire voter”, conservés par la BMD, ont été produits par la maison Chamberlent, l’une des manufactures spécialisées dans la fabrication de ces objets-réclames. Fondée en 1873, Chamberlent connaît un grand succès à Paris, ce qui lui permet d’ouvrir des succursales en province et à l’étranger.

Grâce à des maisons de cette envergure, la France a été de loin, le plus grand producteur d’éventails publicitaires au monde. La seule concurrence notable, dans ce domaine, est venue un peu plus tardivement des États-Unis. Les premiers brevets d’éventail publicitaire datent de 1847. Cependant, bien peu d’éventails publicitaires ont été recensés avant 1890, lorsque débute leur fulgurante carrière qui prendra fin avec la 2de Guerre mondiale.

L’éventail publicitaire, Musée des arts décoratifs

Il existe au moins un troisième exemplaire de l’éventail suffragiste5, ce qui tend à prouver qu’il a été produit en grand volume et/ou que ses utilisatrices ont jugé nécessaire de le conserver précieusement !

Un accessoire féminin pour une cause féministe

Nous laissons les mots de la fin à l’ancienne conservatrice de la BMD, Annie Metz, qui a mis en regard l’objet éventail – symbole de coquetterie et de séduction – et la cause défendue6.

Accessoire féminin par excellence, l’éventail, parfois très précieux, est associé à l’élégance, à la coquetterie et souvent à la séduction. Mais il peut aussi devenir un vecteur de propagande ou un objet publicitaire. L’éventail réalisé par Le Journal après les résultats du vote blanc  cumule ces trois fonctions. Offrant deux faces similaires, élégant, avec sa décoration florale mise à la mode par l’Art nouveau, mais simple par les matières employées (bois et papier), il utilise le vert et le blanc, couleurs arborées lors de leurs manifestations par les suffragettes anglaises, qui y associaient le violet. Le texte reprend la formulation à la première personne du bulletin glissé dans l’urne, manifestant l’implication personnelle de chaque électrice. Mais cette formulation, « Je désire voter », est moins offensive que ne l’aurait été un « Je veux voter ». L’éventail annonce les résultats du scrutin avec précision, prouvant ainsi le sérieux avec lequel le dépouillement a été fait. La fonction publicitaire est discrète, mais bien présente dans le bas de l’éventail, où apparait le titre du quotidien, avec la mention de son rôle d’organisateur.

Réalisé à l’issue des résultats du scrutin, cet éventail devient objet de propagande, support de communication pour d’autres manifestations. Il est distribué lors de la journée du 5 juillet 1914, avec des primevères et des rameaux d’olivier. Sa connotation très féminine et la formulation modérée de la revendication suffragiste correspondent à la volonté de s’adresser à un large public de femmes, qu’il s’agit de rallier, au-delà des militantes actives.

  1. Voir la Une du Journal des Femmes du 1er mai 1910, “L’agitation féministe électorale à Paris” []
  2. Voir notamment : Hélène Eck et Claire Blandin (dir.), “La vie des femmes”. La presse féminine aux XIXe et XXe siècles, Paris, Editions Panthéon-Assas, 2010 ; Christine Planté, Marie-Eve Thérenty et Isabelle Matamoros (dir.), Féminin/Masculin dans la presse du XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2022 []
  3. Christine Bard (dir.), Les féministes de la première vague, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015 []
  4. La BMD conseille l’excellent roman graphique Jujitsuffragettes, Les Amazones de Londres, par Clément Xavier, Lisa Lugrin et Albertine Ralenti, sorti en 2020 chez Delcourt. Voir aussi : Elsa Dorlin, Se défendre. Une philosophie de la violence, Paris, La Découverte, 2017 []
  5. L’éventail reproduit dans le catalogue de l’exposition Parisiennes, Citoyennes, tenue au musée Carnavalet en 2022, indique en légende la “collection CPHB”, Paris Musées, 2022, p. 139. []
  6. Annie Metz, “Éventail suffragiste, 1914”, Histoire par l’image [en ligne], publié en mars 2017, consulté le 07/12/2023. URL : histoire-image.org/etudes/eventail-suffragiste-1914 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Juliette Eyméoud (15 avril 2024). L’éventail promotionnel “Je désire voter” L'effet Marguerite. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w84v


Juliette Eyméoud

Docteure en histoire moderne (EHESS, 2020) et conservatrice des bibliothèques (depuis 2023)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search