1861, Julie-Victoire Daubié est la première bachelière de France

De nos jours, c’est autour de 18 ans qu’on passe la baccalauréat. Julie-Victoire Daubié (1824-1874), quant à elle, est devenue bachelière à 37 ans, le 17 août 1861. Il faut dire qu’elle est la première française à atteindre ce grade, mais aussi la première à y candidater !

Il aura fallu user des failles du règlement intérieur de l’université et bénéficier de la protection de quelques personnalités influentes, pour arriver à ce beau résultat. En effet, si les femmes ne sont pas autorisées à suivre les cours de l’enseignement supérieur, rien ne les empêche explicitement de se présenter aux examens. C’est donc en autodidacte que Julie-Victoire Daubié s’inscrit au concours du baccalauréat ès-lettres de la Faculté de de Lyon (après, tout de même, un premier refus à Paris). Elle est épaulée, en cela, par M. Arlès-Dufour (saint-simonien convaincu) et, surtout, par l’impératrice Eugénie1.

Le baccalauréat n’a alors qu’une petite cinquantaine d’années, pour avoir été instauré par Napoléon Ier en 1808. La première session, en 1809, rassemble 39 candidats, issus des classes privilégiées. Une seule épreuve, orale, leur est imposée. Ce système se maintient jusque dans les années 1830 : le taux de réussite est alors de 90-95%. Puis, décision est prise de moderniser et complexifier l’examen du baccalauréat avec des épreuves écrites et l’entrée de matières scientifiques aux côtés du latin et des lettres. Au milieu du XIXe siècle, environ 5000 étudiants se présentent chaque année aux épreuves, mais le taux de réussite avoisine désormais les 50%2.

C’est dans ce contexte que Julie-Victoire Daubié obtient son baccalauréat. Une victoire saluée par le journal lyonnais Le Salut Public (républicain modéré), dès le 23 août 1861 :

Une femme bachelier ès-lettres

La Faculté des lettres vient de terminer sa session des examens du baccalauréat. 148 candidats se sont présentés, nombre plus considérable que les années précédentes, ce qui indique que la faveur est revenue aux études littéraires. Il y a eu à peu près égalité entre le nombre des admissions et celui des ajournements. Mais parmi tous ces candidats, il en était un surtout qui, plus que tous les autres, attirait l’attention et l’intérêt du public et de la Faculté ; c’était une femme, Mlle Daubié, institutrice à Paris, qui se présentait courageusement devant la Faculté des lettres de Lyon, pour conquérir un grade, dont l’usage et les préjugés semblaient avoir, jusqu’à présent, réservé aux hommes seuls les avantages et les honneurs. Nous sommes heureux d’annoncer qu’elle a été reçue avec distinction et qu’elle s’est montrée bonne latiniste, soit dans les compositions, soit dans les explications. On peut citer les noms d’un certain nombre de femmes qui au Moyen-Âge, et surtout à l’époque de la Renaissance, ont obtenu un bonnet de docteur, mais Mlle Daubié est certainement le premier bachelier du sexe féminin qu’ait proclamé l’Université de France.

Francisque Bouillier, Le Salut Public (23 août 1861)

La bibliothèque Marguerite Durand conserve un fonds d’archives de Julie-Victoire Daubié, donné en 1992 par une descendante, Laure Reuchsel. Ce fonds comporte une centaine de lettres, notamment des échanges avec des suffragistes anglaises, et des correspondances relatives à ses diplômes. Dans le fonds on trouve également l’ensemble des diplômes remis à Julie-Victoire Daubié, parmi lesquels figure le célèbre baccalauréat.

Une observation fine nous montre des détails importants du document :

  • Le document n’est pas imprimé sur papier, mais sur un vélin extrêmement fin (on voit le grain de la peau).
  • On a rayé une seule fois la mention « Sieur » pour la remplacer par « Melle Daubié, Julie-Victoire » ; le diplôme est remis un peu plus bas au « Sieur Daubié » qui devient « bachelier-ès-lettres », et c’est l’impétrant (elle-même) qui signe.

La carrière de Julie-Victoire Daubié ne se limite pas à ce fait d’armes mémorable. En réalité, elle avait commencé avant 1861 et se poursuit jusqu’à sa mort, treize ans plus tard3.

En 1844, J.-V. Daubié obtient le brevet de capacité et le certificat d’aptitude qui lui permettent de devenir institutrice. Elle est engagée comme préceptrice des enfants de la famille Krantz, industriels-papetiers de Docelles (Vosges). En 1853, elle s’installe à Paris où elle suit les cours du naturaliste Isidore Geoffroy Saint-Hilaire. Ce dernier lui obtient une autorisation spéciale pour étudier la zoologie au Muséum d’histoire naturelle, hors des heures d’ouverture au public.

Vers la fin des années 1850, elle déménage à Lyon où elle se rapproche du milieu saint-simonien. En 1859, elle remporte le premier prix de l’Académie impériale de Lyon, en présentant un mémoire sur les questions suivantes : “Quels seraient les meilleurs moyens pour élever le salaire des femmes à l’égal de celui des hommes, lorsqu’il y a égalité de service ou de travail ? Quels seraient les meilleurs moyens pour ouvrir aux femmes de nouvelles carrières et leur procurer des travaux qui remplacent ceux qui leur sont successivement enlevés par la concurrence des hommes et par la transformation des mœurs ?” De l’amélioration de ce mémoire naîtra, en 1866, l’ouvrage La Femme pauvre au XIXe siècle.

Son titre de bachelière et la petite renommé d’un ouvrage publié en 1861 (Du progrès dans l’instruction primaire, justice et liberté) lui ouvrent les portes du journalisme. Elle écrit dans le Journal des économistes, dans L’Économie française, mais aussi dans Le Droit des femmes et L’Avenir des femmes de Léon Richer et Maria Deraisme.

Avec la chute du Second Empire, en 1870, Julie-Victoire Daubié profite de l’esprit républicain. Elle demande à être inscrite sur les listes électorales du 8e arrondissement de Paris, où elle est revenue habiter. Sous la IIIe République, elle parvient enfin à s’inscrire à la Sorbonne, en licence de lettres. Aux côtés de son ami Arlès-Dufour, elle fonde l’Association pour l’émancipation progressive de la femme et publie, en dix fascicules, un ouvrage éponyme (L’Émancipation progressive de la femme).

La mise à l’écart de Thiers et la désignation de Mac-Mahon change la donne : les brochures de l’Association pour l’émancipation sont interdites à la vente et au colportage ; le ministre de l’Instruction publique souhaite remoraliser la société et donc renvoyer les filles au foyer ; J.-V. Daubié est surveillée par la police comme une fauteuse de troubles.

La célèbre bachelière finit donc sa vie dans son village natale, à Fontenoy (dans les Vosges), occupée à sa thèse de doctorat (inachevée, elle avait pour titre “La Femme dans la société romaine”). Elle meurt le 25 août 1874, célibataire par choix – il n’était pas question de se limiter aux travaux domestiques et à l’élevage d’enfants. Selon Michelle Perrot :

Elle est la première à avoir fait des femmes un objet d’investigation et à montrer la spécificité de la pauvreté féminine.”

Préface à la réédition de La Femme pauvre (Côté-femmes éditions, 1992)
  1. Geneviève Fraisse, “Notice DAUBIE Julie-Victoire“, Le Maitron [en ligne], publié le 27 mars 2009 [consulté le 8 décembre 2023] []
  2. Marie-Odile Mergnac et Cécile Renaudin, Histoire du baccalauréat, Paris, Archives & Culture, 2009 []
  3. Les informations biographiques proviennent du fascicule “Julie-Victoire Daubié”, publié par l’association Les Amis du Vieux Fontenoy, en mars 2007, ainsi que du dossier documentaire consacré à J.-V. Daubié []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Juliette Eyméoud (26 mars 2024). 1861, Julie-Victoire Daubié est la première bachelière de France. L'effet Marguerite. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w3z9


Juliette Eyméoud

Docteure en histoire moderne (EHESS, 2020) et conservatrice des bibliothèques (depuis 2023)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search