L’imprimé le plus ancien de la BMD : un manuel d’obstétrique de 1609

Si les collections de la Bibliothèque Marguerite Durand concernent davantage l’époque dite contemporaine (XIXe-XXIe siècles), certains documents sont bien plus anciens. Ils ont été rassemblés par Marguerite Durand elle-même ou sont le fruit des acquisitions réalisées chaque année par la BMD. Pour ces dernières, nous travaillons de concert avec des établissements spécialisés, à l’image des librairies Les Amazones (dirigée par Chantal Bigot, installée à Orléans) ou Traces écrites (à Paris).

Le document imprimé le plus ancien que nous possédons est, sans conteste, l’ouvrage publié en 1609 par Louise (ou Louyse) Bourgeois, alors sage-femme de la reine Marie de Médicis.

Nous ne savons pas avec précision comment les premières collections de la BMD se sont constituées. Les registres datant d’avant la Seconde Guerre mondiale n’ont pas survécu au passage du temps, aux pillages nazis et aux difficiles années 1950 (c’est-à-dire avant qu’une nouvelle directrice soit nommée, en 1964). Pourtant, il est probable que l’ouvrage de Louise Bourgeois ait été acquis par Marguerite Durand. En effet, en décembre 1898, La Fronde publie un article feuilleton – découpé sur trois numéros consécutifs – portant sur la célèbre sage-femme du XVIIe siècle :

L’autre jour, dans un salon où l’on parlait féminisme, “Les femmes”, dit un jeune médecine, ont occupé dans le passé des situations importantes auxquelles de nos jours, on se refuse à les admettre. Il n’est pas difficile d’en trouver des preuves, mais je ne citerai en ce moment, à l’appui de ma thèse, qu’un seul exemple, d’ailleurs historique. Permettez-moi de l’emprunter aux annales de ma propre profession. […] Parmi les élévatrices ou sages-femmes en titre de nos reines, continua le jeune médecin, il y en a une qui se recommande tout particulièrement à l’attention des féministes, c’est Louise Bourgeois, sage-femme de la reine Marie de Médicis femme de Henri IV. Si vous prenez la peine de demander ses œuvres à la Bibliothèque nationale, vous ferez la connaissance d’un excellent esprit, d’une femme qui fait honneur à son sexe et à sa corporation.

La Fronde, 5 décembre 1898

Qui était Louise Bourgeois (1563-1636) ?

Louise Bourgeois naît, en 1563, dans une famille de bourgeois parisiens1. Elle reçoit l’éducation d’une fille de bonne famille (lecture, écriture, travaux d’aiguille). À 21 ans, Louise épouse Martin Bourcier, chirurgien de son état. Concernant ce dernier, deux éléments sont à retenir : il est attaché à l’armée du roi – caractéristique non-négligeable en cette période de guerre de Religion – et il a appris son art sous l’égide d’Ambroise Paré (chirurgien des quatre derniers rois Valois).

Le siège de Paris entraîne la ruine de la famille de Louise Bourgeois, ce qui l’oblige à travailler. Elle est d’abord couturière et brodeuse, puis se tourne vers l’obstétrique avec le soutien de son mari. Elle apprend le métier à son contact et au contact de plusieurs matrones ; elle accompagne cet enseignement empirique de lectures médicales, en premier lieu desquelles se trouvent les traités d’Ambroise Paré2. En bonne disciple de Paré, Louise Bourgeois préconise notamment le recours à la “version podalique” lorsqu’un enfant se présente par le siège : cela consiste à retourner manuellement l’enfant pour l’extraire par les pieds.

Louise Bourgeois exerce d’abord auprès du tout-venant parisien, mais ses compétences sont rapidement reconnues, ce qui lui vaut d’être sollicitée par les élites et, bientôt, par la reine de France elle-même. De 1601 à 1609, Louise Bourgeois préside à la naissance des six enfants royaux, y compris à celle du futur Louis XIII.

Mais ce qui la distingue plus encore de ses consœurs accoucheuses, c’est qu’elle prend la plume ! Les Observations dont nous possédons un exemplaire sont publiées, une première fois, en 1609. Deux rééditions suivent, avec des ajouts, en 1617 et 1626. Ces éditions sont notamment complétées de longues notices autobiographiques : Comment j’ai appris l’art de sage-femme, Comment j’ai eu l’honneur de parvenir au service de la reine, Récit véritable des naissances des enfants de France et Instruction à ma fille.

Louise Bourgeois a eu cinq enfants – expérience qui lui assure, selon ses dires, une supériorité certaine sur les médecins – et l’une de ses filles est devenue sage-femme à son tour.

En 1627, la carrière de Bourgeois est brutalement interrompue par la mort en couches de Marie de Bourbon Montpensier, princesse du sang et épouse du frère du roi. Des médecins se liguent contre elle pour salir sa réputation et la rendre responsable de ce décès prématuré (la duchesse d’Orléans n’avait que 19 ans). Si la sage-femme cesse son activité (du moins à la Cour), l’autrice poursuit son ouvrage : en 1634, paraît le Recueil des secrets de Louise Bourgeois dite Bourcier. Par ailleurs, l’incident de 1627, n’entache pas durablement le souvenir de la célèbre accoucheuse : ses travaux n’ont cessé d’être édités et traduits, depuis le milieu du XVIIe siècle jusqu’à nos jours3.

Il nous a paru utile de faire également connaître aux féministes une femme, qui a rempli des fonctions importantes en y mettant, avec de l’intelligence et du tact, tant de sang-froid et de décision, qu’elle justifia pleinement le surnom de la résolue que lui avait donné Henri IV.

La Fronde, 7 décembre 1898

Être sage-femme à l’époque moderne

Au cours du XIVe siècle, l’activité de sage-femme se professionnalise, surtout dans les espaces urbains. Les municipalités recrutent officiellement celles qu’on appelle alors “meraleresses” ou “ventrières” : elles prêtent serment de bien s’acquitter de leurs tâches, de servir la ville mais aussi la justice. Car les sages-femmes jurées interviennent aussi en tant qu’expertes, devant les tribunaux, notamment pour attester de la virginité de femmes mises en cause. Au fil du temps, règlements et statuts encadrent la pratique des accoucheuses, elles doivent parfois rejoindre des corporations de chirurgiens pour pouvoir exercer4. Cette professionnalisation s’accompagne d’un contrôle masculin de plus en plus fort ; contrôle qui se renforce dès le XVIe siècle et dont nous sommes les héritiers et héritières au XXIe siècle.

Tout au long de l’époque moderne, des hommes (médecins, chirurgiens) publient des traités d’obstétrique et de gynécologie. Ils sont pourtant peu nombreux, du moins avant la fin du XVIIe siècle, à participer aux accouchements. La pudeur féminine et l’honneur des familles s’opposent à la présence d’un étranger dans la chambre des parturientes5. Par ailleurs, selon la tradition médicale du temps, les diagnostics reposent davantage sur la vue que sur le toucher. Les connaissances contenues dans ces traités ne sont donc pas le fruit d’auscultations réelles ; en cela, ils diffèrent des écrits de Louise Bourgeois. Les Observations de cette dernière se présentent comme un recueil des cas qu’elle a traités, et comme un manuel à l’usage de ses consœurs ou des femmes enceintes.

Si les hommes écrivent – à l’exception notable de Louise Bourgeois – ce sont les sages-femmes qui accompagnent, en ville et plus encore à la campagne, les parturientes. Leur instruction est d’ailleurs prise au sérieux dès le milieu du XVIIe siècle, au point qu’une sorte d’école est créée à l’Hôtel-Dieu de Paris : Marguerite de La Marche y forme les futures sages-femmes, entre 1670 et 1686. Au siècle suivant, Angélique du Coudray dispense des cours dans tout le royaume et crée une machine à destination des accoucheuses. Plus de 5000 sages-femmes (dont une centaine d’hommes) profitent ainsi de ses méthodes pédagogiques, entre 1759 et 17836.

Mannequin pédagogique inventé par Angélique du Coudray (mi-XVIIIe siècle) – Facsimilé conservé au Muséum national d’histoire naturel

Au XVIIIe siècle, une petite poignée de femmes suivent la trace de Louise Bourgeois et publient des manuels d’obstétrique, parmi elles figurent Marguerite de La Marche et Angélique du Coudray. Adeline Gargam en recense exactement 11, à une époque où la production éditoriale sur le sujet connaît une croissance significative (245 manuels d’obstétrique sont publiés en Europe dont 56 en France).

La médicalisation de l’accouchement et l’ouverture des maternités, dès le XIXe mais surtout au XXe siècle, relèguent les femmes à des places subalternes du corps médical. La professionnalisation du métier d’infirmière, dans la lignée de Florence Nightingale (1820-1910), va de pair avec une limitation du rôle des sages-femmes. L’assistanat au médecin tout-puissant et tout-sachant remplace, peu à peu, leur autonomie et leur pouvoir décisionnel – même s’il faut nuancer entre espaces urbains et ruraux, ces derniers connaissant plus tardivement les nouvelles pratiques médicales.

Il faut attendre les années 1970 pour que l’idéologie patriarcale soit remise en question, dans la médecine comme ailleurs. La fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle sont marqués par de grandes grèves de sages-femmes pour améliorer les conditions de travail, revaloriser les salaires, obtenir une meilleure reconnaissance au sein du corps médical, etc.7 Ces mouvements sont relayés et soutenus par la société, notamment lorsqu’ils entrent en résonance avec des revendications féminines et féministes : surmédicalisation des accouchements, recours abusif aux césariennes, violences gynécologiques et obstétricales, sont autant de problématiques qui – en créant de la défiance vis-à-vis des médecins – servent la cause des sages-femmes.

  1. Les éléments biographiques sont tirés de l’article de Jacques Gélis, « Louise Bourgeois, une sage-femme entre deux mondes », Histoire des Sciences médicales, n° 43, 2009, p. 27-38 []
  2. Alison Klairmont Lingo, « Connaître le secret des femmes : Louise Bourgeois (1563-1636), sage-femme de la reine, et Jacques Guillemeau (1549-1613), chirurgien du roi », dans Enfanter dans la France d’Ancien Régime, études réunies par Laetitia Dion, Adeline Gargam, Nathalie Grande et Marie-Elisabeth Henneau, Arras, Artois Presses Université, 2017, p. 113-126 []
  3. Valérie Worth-Stylianou, Les traités d’obstétrique en langue française au seuil de la modernité, Genève, Librairie Droz, 2007, p. 319. Les Observations furent traduites en latin dès 1619, en allemand en 1626, en hollandais en 1658 et en anglais en 1659. En 2000, une édition critique du Récit véritable de la naissance des enfants de France a été publiée chez Droz. []
  4. Julie Pilorget, « « Comment meraleresse se doit contenir en ladite science », Le statut de sage-femme à Amiens à la fin du Moyen Âge », dans Enfanter dans la France d’Ancien Régime, p. 19-31 []
  5. Valérie Worth-Stylianou, « Qui assistait à un accouchement en France entre 1530 et 1630 ? », dans Enfanter dans la France d’Ancien Régime, p. 33-50 []
  6. Adeline Gargam, « Un nouveau critère d’évaluation du genre en obstétrique : les opuscules d’accouchement écrits par les femmes au XVIIIe siècle (1677-1800) », dans Enfanter dans la France d’Ancien Régime, p. 51-65 []
  7. Yvonne Kniebielher, Accoucher. Femmes, sages-femmes et médecins depuis le milieu du XXe siècle en France, Rennes, Éditions de l’école nationale de la santé publique, 2007 ; Sara Kuhn, La grève des sages-femmes de 2013-2014 : remise en question de la profession au sein du système périnatal, mémoire pour l’obtention du diplôme d’État de sage-femme, Université catholique de Lille, 2017 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Juliette Eyméoud (30 mai 2024). L’imprimé le plus ancien de la BMD : un manuel d’obstétrique de 1609. L'effet Marguerite. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qw2


Juliette Eyméoud

Docteure en histoire moderne (EHESS, 2020) et conservatrice des bibliothèques (depuis 2023)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search