Dzeh-Djen Li et la presse féministe : la première thèse écrite depuis la bibliothèque Marguerite Durand 

Dzeh-Djen Li

Cette photo date des années 30 ; elle montre une jeune femme, asiatique, qui, avec ses cheveux courts, semble entrée dans la modernité de son époque. 

Il s’agit de Dzeh-Djen Li, fille de T. C. & Si-Yuen Li.  

La bibliothèque Marguerite Durand conserve des documents, notamment des lettres, envoyées par cette jeune femme, qui nous permettent aujourd’hui de retracer quelques pans de son parcours. 

Monsieur Li (T.C.) travaille au sein de la Commercial Press de Shanghai, qui est la plus ancienne maison d’édition chinoise, fondée en 1897 par quatre jeunes chinois chrétiens, formés par les missions protestantes américaines à la fin de l’époque Qing. Cette maison d’édition, spécialisée dans les sciences humaines et sociales est encore aujourd’hui l’une des plus importantes de Chine. 

La famille habite route Cardinal Mercier, au coeur de la concession française de Shanghai. Cette route est aujourd’hui la Maoming Nan Lu ou Maoming road south. 

Faisant partie d’une famille ostensiblement moderne et en contact avec l’occident, Dzeh-Djen est licenciée ès-lettres de l’université de Nankin (Nanjing) ; elle écrit et parle parfaitement le français, ce qui va l’amener à voyager vers la France et Paris, pour poursuivre en thèse à la Sorbonne. Elle s’inscrit dans un courant qui amène, dès les années 20, de nombreux étudiants chinois à venir étudier en France : à Paris, mais aussi à Lyon, à l’institut Franco-chinois. 

Dzeh-Djen arrive à Paris au tout début des années 30.  

En 1932, elle est logée au 93 boulevard St Michel, au foyer international. 

En 1933, elle séjourne à la maison Rosa Bonheur, dans le château de By. Marguerite Durand l’invite à Pierrefonds, la maison qu’elle met à disposition des femmes journalistes avec lesquelles elle travaille. 

En mai 1934, le 28, elle soutient sa thèse en Sorbonne : La presse féministe en France, de 1869 à 1914. Marguerite Durand et Harlor ont été conviées, car elles ont conseillé et soutenu Dzeh-Djen.  

Ce travail dresse un vaste panorama des titres de presse français ayant la condition des femmes pour sujet principal. C’est Célestin Bouglé (1870 – 1940) directeur de l’ENS et ouvert aux idées féministes qui dirige cette thèse, qui sera publiée auprès de la librairie Rodstein.  

Françoise Thébaud la qualifie de “très hagiographique” dans son livre Ecrire l’histoire des femmes et du genre, presses de l’ENS, 2007. 

L’exemplaire que nous conservons de cette thèse est dédicacée par Dzeh-Djen à Marguerite Durand.

Quant à Marguerite Durand, elle appose une mention manuscrite sur la page de garde de l’ouvrage.

Cette thèse est la première qui ait été préparée à la bibliothèque de la Ville de Paris qui porte mon nom

L’été de la même année, Dzeh-Djen doit rentrer en Chine : son père meurt, et le 10 juillet, elle se marie avec un docteur en droit, Johnson Long. Elle signe dès lors de son double nom : Long-Li Dzeh-Djen. 

A l’été 1935, Dzeh-Djen a une fille, qu’elle appelle Marguerite.

Vous vous intéresserez peut-être à savoir que ma fille s’appelle Marguerite en français, en souvenir de la fondatrice de La Fronde. En effet, elle a une chevelure un peu blonde et un teint très clair comme une européenne. Seulement elle n’est pas belle parce qu’elle a un nez trop plat. C’est dommage n’est-ce pas ?

Dzeh-Djen enseigne à l’université de Chi Nan (Jinan, JNU), fondée à Nankin (Nanjing) puis déplacée à Shanghai. 

En 1936 : Dzeh-Djen a deux enfants ; elle quitte Shanghai pour Tsingtao (Qingdao) port du Chantong (Shandong). 

En décembre 1937, Dzeh-Djen répond au courrier qui lui a appris le décès de Marguerite Durand. Elle y évoque l’invasion japonaise de la Chine, et le fait que depuis août 1937, elle est réfugiée chez sa mère à Kuling (Guling) dans les montagnes de la province du Jianxi. 

Enfin, en 1939, Dzeh-Djen Long Li et sa famille s’installent à Hong-Kong, où elle travaille, ainsi que son mari. Cette lettre est la dernière que la bibliothèque possède.

Il y a peut-être encore à Hong-Kong une très vieille dame qui s’est appellée Marguerite Long Li ; elle serait aujourd’hui âgée de 89 ans ; sa mère, Dzeh-Djen, ayant bien connu Marguerite Durand, lui aurait certainement transmis des idées féministes. Il serait très intéressant de continuer à essayer de retrouver ses traces. 

Autres sources, autres traces de Dzeh-Djen Li :  

Les annales du Ginling College de Nankin (Nanjing) conservent la trace de Mrs Johnson Long et nous apprennent qu’elle est réfugiée à Kowloon (Hong-Kong) en 1939. Mais également qu’elle a enseigné, dès 1928, à la Virginia School  de Huchow (Huzhou), centre d’enseignement de l’église méthodiste américaine. 

La bibliothèque numérique asiatique conserve et a numérisé un exemplaire de Yuan, Tung-Li : Guide to doctoral dissertations by chinese students in continental Europe, 1907 – 1962. Ce guide recense la thèse en Sorbonne de Dzeh-Djen Li. 

Une photo d’Albert Harlingue prise en 1928 est visible chez Getty Images, provenant des collections Roger-Viollet.

Sur la base de données LONSEA (League of Nations) : Dzeh-Djen Li est collaboratrice de la Ligue des Nations à Genève en 1932. La même année, également à Genève, elle suit le cours d’été du Bureau International d’Education.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Carole Chabut (17 février 2024). Dzeh-Djen Li et la presse féministe : la première thèse écrite depuis la bibliothèque Marguerite Durand . L'effet Marguerite. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuxx


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search