Don des archives du livre “Les femmes dans la maison, anatomie de la vie domestique”

Dominique Doan à la bibliothèque Marguerite Durand

Je viens de déposer à la bibliothèque Marguerite Durand les sept classeurs des prises de vue ayant servi à la réalisation du livre Des femmes dans la maison, anatomie de la vie domestique réalisé sous la direction de Leïla Sebbar.

Luce Pénot et moi-même, toutes deux graphistes, avons rejoint l’équipe du numéro zéro d’histoires d’elles à sa sortie en 1977, c’est là que nous avons rencontré Leïla et Dominique Pujebet chez qui se tenaient les réunions.

Le plaisir de travailler ensemble et notre amitié sont nés au cours des publications du journal. Fin 79 nous avons décidé d’y mettre fin car les ventes s’effondraient. La ligne militante et théorique qui tentait de s’imposer ne correspondait plus à notre engagement. Pour nous histoires d’elles était un lieu d’expression des femmes, de leur point de vue sur les questions de société et de politique. Un lieu où elles pouvaient se reconnaitre, exprimer leur sensibilité, mettre en valeur ce qui leur appartenait en propre.

Le livre sort en 1981 dans la collection Albums 90 chez Nathan alors dirigée par Jean-Claude Barreau. Au moment où les femmes cherchaient à se libérer de la maison, ce livre était une provocation, mais aussi une manière d’affirmer la valeur d’un lieu d’encrage au monde où les femmes avaient le pouvoir. Il faut relire l’avant propos écrit par Leïla : « on dit que la maison enferme, c’est vrai si une femme ne peut en sortir, mais le travail ne libère pas toujours. (…) C’est un roman d’amour. Le récit d’une passion. »

Avant d’en trouver la forme, nous avons commencé par réaliser un reportage photo sur la journée type d’une femme de l’âge de nos mères. Elle tenait une épicerie et vendait des plats cuisinés près de la place de la République. Les entretiens, évoquent sa vie de la Normandie à Paris. Ce travail a été abandonné au profit d’un projet plus large où nous avons interrogé et photographié dix femmes de notre génération, sur leur vie domestique. Elles appartenaient à des milieux sociaux différents et devaient accepter de dévoiler leur intimité à la maison.

Pour une description minutieuse et objective nous avons établi des listes qui ce sont structurées en chapitres et ont constitué la trame des interviews. Après avoir élaboré une pré-maquette et une grille de mise en page, nous avons établi des règles du jeu pour les prises de vue, plan large pour les scènes de vie, gros plan sur les gestes, détails des vêtements et des objets sur fond blanc, appareil sur pied. Pas de lumière d’ambiance, une lumière neutre obtenue par réflexion. Facilité technique et volonté descriptive.

Les archives déposées à la BMD sont constituées des pellicules et des planches contacts qui nous ont permis de choisir les photos et de les coter pour qu’elles soient tirées aux bonnes dimensions. Ensuite nous les avons découpées au cutter et collées sur les gabarits du livre . Le montage des pages de photos font parties du dépôt. Elles témoignent des conditions de réalisation des publications avant la généralisation de la micro-informatique.

Merci à l’équipe de la bibliothèque Marguerite Durand qui œuvre pour sauvegarder la mémoire des femmes.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Doan (29 février 2024). Don des archives du livre “Les femmes dans la maison, anatomie de la vie domestique” L'effet Marguerite. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxij


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search