L’effet Marguerite

 Sommaire

Qui était Marguerite Durand (1864-1936) ?

Historique de la bibliothèque Marguerite Durand

De “l’effet Matilda” à L’effet Marguerite

L’ambition de ce carnet : un effet papillon

 

Qui était Marguerite Durand (1864-1936) ?

Fille naturelle, comédienne, journaliste, épouse puis divorcée, patronne de presse, féministe, suffragiste, militante de la cause animale, syndicaliste et créatrice de la première bibliothèque spécialisée en histoire des femmes : Marguerite Durand fut tout cela et plus !

Portrait de Marguerite Durand, par Jules Cayron (1897)

Petite chronologie non-exhaustive

26 janvier 1864 : naissance de Marguerite Durand, « fille de père non dénommé et de Anna Caroline Durand, rentière, âgée de vingt-cinq ans […] non mariée ».

1882-1887 : carrière à la Comédie Française.

1892 : mariage avec Georges Laguerre, avocat et député boulangiste. Entrée au Figaro où elle crée la rubrique « Courrier ».

9 mai 1895 : le divorce est prononcé entre Laguerre et Marguerite qui retrouve ainsi son nom, Durand.

1896 : naissance de son engagement militant, lors du Congrès féministe international.

9 décembre 1897 : 1er numéro de La Fronde, « journal quotidien, politique, littéraire, dirigé, administré, rédigé, composé par des femmes » dont Marguerite Durand est la directrice.

1899 : création d’un cimetière pour animaux à Asnières-sur-Seine.

1900 : Marguerite participe à l’organisation du Congrès des droits des femmes, lors de l’Exposition universelle.

1900 : aidée de ses salariées, Marguerite crée le Syndicat des femmes typographes.

1905 : dernière parution de La Fronde ; Marguerite crée un nouveau journal, L’Action.

1907 : elle organise un congrès pour la création d’un Office du travail féminin.

1910 : elle se présente aux élections législatives, dans le 9e arr. de Paris, alors que les femmes ne peuvent ni voter, ni être élues. Sa candidature est rejetée par le préfet.

1922 : elle participe à l’organisation d’une exposition sur « Les femmes célèbres du xixe  siècle ».

1927 : nouvelle candidature, aux élections municipales, cette fois.

1929 : à la mort de Séverine, journaliste et grande amie de Marguerite, cette dernière rachète sa maison de Pierrefonds. Elle y installe un lieu de résidence et de retraite pour les femmes journalistes.

1931 : Marguerite fait don à la ville de Paris de ses collections relatives à l’histoire des femmes et des archives de ses propres activités journalistiques et militantes. La première bibliothèque féministe de France voit ainsi le jour, elle est installée dans la mairie du 5e arrondissement.

16 mars 1936 : Marguerite Durand meurt, à son bureau, dans la bibliothèque, âgée de 72 ans.

 

Historique de la bibliothèque Marguerite Durand

Le 31 décembre 1931, le Conseil municipal de la Ville de Paris accepte le don des collections réunies par Marguerite Durand et crée ainsi le premier “Office de documentation féministe” français. Ce dernier est installé dans la mairie du 5e arrondissement ; Marguerite en est la première directrice.

La seconde guerre mondiale met un coup d’arrêt à la bibliothèque. La mairie du 5e est réquisitionnée par les Nazis, ce qui engendre pillages et destructions, notamment dans des fonds ayant trait au communisme ou à la franc-maçonnerie.

Vue de la Bibliothèque Marguerite Durand à la mairie du 5e (v. 1935)

Une renaissance a lieu dans les années 1960-1970, sous l’impulsion de Yolande Léautey qui s’attelle à classer et inventorier une partie des documents éparpillés1. Puis les années 1980 voient s’organiser une véritable équipe de bibliothécaires pour gérer ces fonds et les mettre à disposition du public.

En 1989, la Bibliothèque Marguerite Durand déménage et s’installe dans le 13e arrondissement (79 rue Nationale), dans un bâtiment partagé avec la Médiathèque Jean-Pierre Melville.

Aujourd’hui, la bibliothèque Marguerite Durand demeure la seule bibliothèque publique française exclusivement consacrée à l’histoire des femmes et des féminismes ainsi qu’aux études de genre. Elle est membre fondateur de l’association Archives du féminisme à Angers.

Principal data provider de la perséide Féminismes En Revue (Femenrev), la bibliothèque Marguerite Durand a été labellisée CollEx en 2022, au titre de l’exceptionnelle complétude et de la profondeur historique de ses collections.

 

De “l’effet Matilda” à L’effet Marguerite

Dans un article de 1993, traduit en français en 2003, l’historienne des sciences américaine Margaret W. Rossiter, théorise “l’effet Matilda”2. Il s’agit de mettre en évidence l’invisibilisation des femmes dans différents domaines de la production scientifique. A travers une série d’exemples, empruntés aux 19e-20e siècles, elle montre comment les travaux des chercheuses ont pu être spoliés par leurs collègues hommes, niés par les institutions ou encore oubliés par l’histoire.

Pour conceptualiser ce phénomène, M. W. Rossiter fait le choix du prénom “Matilda”, véritable femmage à Matilda Joslyn Gage (1826-1898).

Matilda Joslyn Cage était une “féministe américaine du dix-neuvième siècle, suffragette, critique à l’égard de la religion et de la Bible, et comptant parmi les premières sociologues de la connaissance, qui a eu l’intuition de ce qui se passait, en a perçu le mécanisme, l’a déploré, mais a fait elle-même l’expérience de certains des phénomènes décrits ici3”.

Une même lucidité est perceptible dans la vie et l’œuvre de Marguerite Durand : c’est bien pour lutter contre l’oubli et la silenciation des femmes qu’elle archive, collectionne et finalement crée une bibliothèque en leurs noms.

Notre carnet prend donc le nom d’Effet Marguerite pour jeter la lumière sur l’histoire des femmes, sur les combats féministes, mais aussi sur les femmes productrices de sciences et productrices d’archives. Les unes n’auraient pas existé sans les autres, et vice-versa !

 

L’ambition de ce carnet : un effet papillon

“Effet Marguerite” peut aussi évoquer la célèbre métaphore de l’effet papillon, selon laquelle les battements d’ailes d’un papillon au Brésil créeraient – à force de réactions en chaîne – un ouragan au Texas.

Appliquée au carnet de la bibliothèque Marguerite Durand, cette image se déploie de multiples façons et exprime nos souhaits :

  • Faire connaître les fonds de la BMD à la communauté universitaire et créer des envies de recherches
  • Mettre en lumière des femmes oubliées et des communautés marginalisées pour bousculer les représentations
  • Suivre l’actualité féministe pour montrer que la lutte continue !
 
  1. Simone Blanc, “La bibliothèque Marguerite Durand”, Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1985, n° 1, p. 24-26. URL : https://www.persee.fr/doc/mat_0769-3206_1985_num_1_1_403983 []
  2. Margaret W. Rossiter, “L’effet Matthieu Matilda en sciences”, Cahiers du Cedref, 2003, n° 11, p. 21-39. URL : https://journals.openedition.org/cedref/503 []
  3. Ibid., §21 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search